• La gueuse

    Ce poids qu'on ballade tout le long de son existence, cette masse brute, inerte, qui empêche d'avancer. La gueuse. Qui s'empèse de l'existence, des souvenirs, des regrets peut-être aussi, et des gueuses de ses anciens.

    Mon père ce héros (au regard, etc.) balladait bien des tonnes d'inertie. Il n'en reste que l'image que nous en gardons, allégée et attendrie. Chaque mot dans sa bouche était pour lui un souvenir précis et vivace, rafraichi à chaque fois qu'il se re-racontait. C'était des avions, c'était des copains, c'était des guerres. Ce n'est pas qu'à cette époque on aimait la guerre plus que les autres, mais les gens de 20 ans possèdent le véritable enthousiasme, l'exaltation et le dynamisme qui, de toutes façons, accoucheront tôt ou tard de vieilles histoires chiantes : la gueuse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :