• RMS

    On aurait pu classer cette brève dans Éducation, ou dans GNU/Linux. Mais c'est la voix qui domine, et à travers elle le message.

    RMS pour Richard Matthew Stallman, l'inventeur du logiciel libre. Ce type a su mettre noir sur blanc, et en termes de libertés, ce que devrait être tout échange de données, de valeurs, de contenus. Placer un contenu quelconque sous licence libre, c'est interdire aux connards de chez Microsoft, par exemple, de faire du fric avec, au détriment des libertés individuelles.

    On ne perdra pas de temps à rappeler que, pendant ce temps, Bill Gates a rang de chef d'état, et de ce fait se vautre dans toutes les cours de la planète, au contact d'autres milliardaires, on en dévenir, ni qu'il est reçu comme tel dans les démocraties vivant de l'impôt du citoyen...

    On ne perdra pas de temps à rappeler que, pendant ce temps, l'Éducation Nationale signe des partenariats dorés pour ses espaces numériques de travail ; le doré, c'est pour les boîtes-à-la-con qui n'ont jamais vu fonctionner un établissement scolaire, ou un groupe d'élèves, mais qui pissent du code informatique confidentiel, caché, propriétaire, pour que l'institution leur confie des données personnelles. Et gare aux profs réfractaires au changement !

    On ne perdra pas de temps avec ces nouveaux adeptes convertis au logiciel libre mais quand même... Liberté, oui, mais si c'est pas commode alors non. Les néo Ubuntu et consorts qui claironnent, et donnent des leçons de réalisme, comme quoi faut évoluer, sinon on est un intégriste du libre. De fait, un logiciel libre qui fonctionne sur Windows, ça n'étonne même pas !

    RMS, depuis 1983, prône la liberté. Vas-y Richard, continue. Moi, je te bade, tu m'inspires et je te suis : la liberté, ça ne se fractionne pas.

    And screw everybody else.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :